Fausse donnée : "En numérique, on n'a plus besoin de Flashmètre"

Le seul moyen d'avoir une mesure exacte, est de mesurer en lumière incidente au flashmètre (lumière flash), ou au posemètre, dans le cas de la lumière continue (naturelle ou artificielle)


Alors que le flashmètre mesure la lumière incidente (celle qui arrive sur le sujet), la mesure réfléchie (celle utilisée par la cellule intégrée à l'appareil) dépend de la réflectance du sujet. Elle est donc fluctuante : le résultat de la mesure est différent, selon que le sujet réfléchit peu ou beaucoup, alors que la lumière elle, est restée la même. 

On utilisera donc le flashmêtre, dans tous les cas ou c'est réalisable.

 

Par ailleurs, l'histogramme "ne dit pas tout" :

  • L'histogramme donne une vue globale de la scène, pas du sujet. Impossible de connaitre la quantité de lumière recue par le sujet.

  • L'histogramme donne une vue globale de la scène en lumière réfléchie. Cela veut dire que les information d'exposition de la scène changent avec la réflectance du sujet. Or l'exposition doit être la même quelque soit le sujet photographié (sinon cela conduit a des erreurs d'exposition)

  • Un histogramme ne pourra pas donner les contrastes (les écarts basses lumières / hautes lumières ou les écarts de luminosité) au sein de la scène

  • Un histogramme ne permettra pas de déterminer le contraste latéral sur un mannequin

  • Un histogramme ne permettra pas de déterminer le contraste vertical sur un mannequin

  • Impossible de régler la distance, l'inclinaison, l'angle et le positionnement d'une boite a lumière avec un histogramme. Le flashmètre permet de le faire au 1/10e de diaph près et de le répéter avec la même exactitude, quel que soit le materiel, le lieu, les circonstances et les conditions.

  • L'histogramme ne permet pas d'établir à la fraction d'IL près, le ratio entre sources ni la symétrisation des sources. Avec un flashmètre, ou peut régler chaque source à la faction d'IL près

  • Plus la mesure de base est précise (a la faction d'IL près) et moins les variations d'exposition durant la prise de vues auront de mauvaises conséquences (celles notamment dues aux mouvements du mannequin par rapport à la source). Tous les flashes modernes se règlent au 1/10e d'IL, pour cette raison.

  • Le LCD d'un appareil photo, quel que soit son prix, ne permet pas de restituer correctement les contrastes (ni les couleurs). C'est ainsi que l'on s'aperçoit qu'une photo ne ressemble pas du tout à l'écran, à ce que l'on avait vu sur le LCD

  • Un LCD ne permet pas de juger de l'exposition. Cette erreur est tres couramment commise.

  • Le cerveau a tendance à compenser les contrastes. L'oeil va donc interpréter les contrastes alors que l'appareil de mesure lui, reste imperturbable.

  • La mesure au flashmètre est bien plus rapide que la méthode empirique de l'histogramme

  • Un Histogramme n'est pas un instrument de mesure. C'est juste le reflet statistique de la répartition des pixels dans l'image une fois faite et ce, pour le JPG servant à l'affichage. Pas pour le fichier RAW.

sekonic-l-758dr.jpg
Images protegées