La mesure de la lumière en numérique

sekonic0000100001

N°7 de la série sur l'Exposition

Mesure de la source en studio

 

  • On règle le flashmètre pour afficher la sensibilité iso de son boitier

  • On règle également la vitesse. En studio le temps d'obturation n'a pas d'importance mais il ne doit pas dépasser la vitesse de synchro

  • On règle de Flashmètre en priorité T (temps d'exposition)

  • On choisit ensuite un diaphragme que l'on affichera sur son boiter. par exemple ƒ/5,6

  • On place le flashmètre devant le visage du sujet, sphère rentrée (90°) en direction du centre de la source, en commençant par la keylight. En mesurant ainsi on va "attraper" les hautes lumières de la scène.

  • On règle les autres sources s'il y en a, en utilisant la même méthode, en laissant tous les flashs allumés, afin que la mesure prenne en compte le chevauchement des sources.

  • Note : on peut faire la mesure sur soi-même en l'absence du modèle. Cela permet d'etre prêt à son arrivée.

  • On règle la puissance du flash par mesures successives jusqu'à afficher sur le flashmètre, le diaphragme choisi.

  • Pour optimiser l'exposition, on règlera la lumière jusqu'à obtenir "ƒ/5,6 + 1,33 IL" soit ƒ/9 dans notre exemple.
     

De l'usage de la sphère rétractable

 

En position rentrée, la lecture se fait à 90°, ce qui est utile pour isoler ce que l'on veut mesurer sans prendre en compte une autre source ou même les réflexions de la lumière dans la pièce ou autour de la source.

En position sortie, la lecture se fait à 180°, ce qui sert à intégrer le sujet mesuré dans son environnement (d'ou le nom de "Sphère Intégratrice") en mesurant la source, ses réflexions sur l'environnement ainsi que l'influence des autres sources éventuelles.

Voici les principaux modes d'utilisation de la Lumisphère : 
 

  • Lumisphère rentrée : Mesure de la source en studio en direction et au centre de la source. On fera une telle mesure pour la source principale et pour les sources secondaires.
  • Lumisphère sortie : Mesure en lumière naturelle. La plupart du temps, on dirigera la sphère en direction de l'appareil photo, car la source (le soleil) est "partout". 
  • Lumisphère sortie : Mesure en lumière mixte, en intérieurs ou en exterieurs. On dirigera la sphère en direction du flash afin que celle-ci prenne en compte l'addition des deux sources. Le Flashmètre Posemètre donnera le % de lumière flash (et par déduction, celui de lumière ambiante)
  • Lumisphère sortie : Mesure de contraste. lorsque l'on fait ce type de mesure, on dirige la sphère vers l'appareil photo, car le contraste varie avec le point de vue. Or le point de vue pour votre photographie sera celui de l'appareil photo.
  • Lumisphère rentrée : Mesure de contraste dans certains cas tres particuliers comme par exemple la mesure d'un contraste sur une surface plane (tableau) ou dont les deux points de mesure sont tres proches (sur le visage par exemple). lorsque l'on fait ce type de mesure, on dirige la sphère vers l'appareil photo. Nous aborderons ce type de mesure de contraste ultérieurement

 

Quel flashmètre choisir ?

 

Les Sekonic 358, 478, 758 et 858 possèdent une lumisphère (sphère) rétractable. Ils possèdent aussi la touche ∆EV qui permet de mesurer les écarts de contratse et de les exprimer en ILs et 1/10e d'ILs en lecture directe. C'est entre autres parce qu'il n'en possède pas que nous ne recommandons pas le 308. Un flashmètre fonctionne avec N'IMPORTE QUELLE MARQUE DE FLASH.

Images protegées