Les phases de l'apprentissage...

_MG_7387_Banner3000_07_07_07

J'ai pu observer et isoler différentes phases par lesquelles nous passons tous, de manière consciente ou non, lorsque nous entreprenons l'apprentissage de quelque chose.


La Phase de "Localisation des données"

Pour pouvoir apprendre une chose, il faut trouver une source d'information. Cette donnée peut provenir d'un livre, d'une communication orale ou de n'importe quel autre type de communication écrite, orale ou visuelle. Méfiez vous de l'internet et notamment des tutos, particulièrement en vidéo. Les tutos de qualité sont rarissimes et ils sont payants la plupart du temps. Réaliser un tuto consiste à enseigner. Or enseigner est un métier...
Les sources de données les plus insidieuses sont les tutoriels réalisés "de bonne volonté" par l'auteur, mais qui contiennent des faussetés, des inexactitudes, des contresens, des confusions, dissimulées ou non. Je vous conseille donc de vous diriger vers des livres ou des dictionnaires papier (ou la version online d'un dictionnaire papier, tel que l'excellent Merriam Webster), si possible anciens, et datant de la période précédant celle du numérique. En effet, les livres sont en général écrits par des gens compétents, ont été vérifiés plusieurs fois par l'éditeur et ont pu être corrigés d'éventuelles coquilles même après leur parution initiale. Je vous recommande particulièrement les ouvrages de John Hedgecoe.

 

L'estimation de validité des données

C'est le point noir de l'auto-apprentissage et du mauvais enseignement : il est parfois très difficile de savoir si une donnée est correcte, pour la simple et bonne raison que justement, on ne sait pas !
De manière malveillante ou par simple négligence... ou bêtise, un apprenti peut être l'objet d'une manipulation sur les données : on peut très facilement manipuler un novice qui par essence, ne sait pas...
Le meilleur conseil que je puisse vous donner là encore, c'est de vous référer aux livres, tels que décrits ci-dessus. Les livres mentent rarement. Les formateurs peuvent mentir par négligence, inconscience, fainéantise ou plus rarement par malveillance.


La Phase de "Duplication d'un autre"

Une fois la donnée localisée, la phase suivante consiste à "faire un double exact" de ce qu'on vous présente. On ne peut pas comprendre quelque chose sans préalablement avoir "acquis" cette chose, sans altération. Le mime et le mimétisme font partie de cette phase. La phase de "duplication d'un autre" est particulièrement facile a observer chez un enfant, en ce qui concerne l'apprentissage de la vie. Mais toute personne, adulte ou enfant, passe par cette phase de duplication de l'autre lorsqu’il s'agit d'apprendre un sujet, quel qu'il soit.
Note : La duplication vient AVANT la compréhension. La duplication n'implique pas forcément la compréhension immédiate.

 

La phase de "Copie / Inspiration"

La phase de "copie / inspiration" est celle dans laquelle on va s'inspirer d'un modèle pour tenter de reproduire la même chose. Bien évidemment, avant d’être capable de copier quelque chose il faut l'avoir dupliquée, afin de comprendre l’intention de l'auteur. Cette phase est importante car elle va vous permettre de vous rapprocher des standards. Elle va vous permettre de comprendre et de réaliser ce que vous être censés faire, d'évaluer ce que vous devez mettre en oeuvre pour faire ce que l'on attend de vous : copiez avec allégresse !

 

Cette phase est parfois négligée, et c'est comme cela que l'on voit des gens réaliser "des photos de mode" qui ne ressemblent en rien — même de très loin — à des photos de mode : l'auteur de la photo ne s'est tout simplement pas informé de ce qu'il est censé produire, pour que ça ressemble à "de la photo de mode".

Si on vous dit "ça ressemble à" ou "c'est pas très original' vous êtes probablement dans cette phase.  Ne vous arrêtez surtout pas ! Continuez simplement à "copier" jusqu'à ce que vous vous sentiez à l'aise dans le fait de "copier" un autre. Ne cherchez pas à vous justifier face à certaines remarques. Il s'agit de votre propre progression, faites là pour vous et non pour donner satisfaction aux autres.

 

La Phase de "duplication de soi-même" : la clé du professionalisme

Un professionnel doit être capable de réaliser quelque chose "sans y penser". Et la seule solution pour y parvenir est de "s'entrainer, s'entrainer, s'entrainer, s'entrainer, s'entrainer, encore et encore".

 

Si on vous dit "tu fais tout le temps la même chose" vous êtes probablement dans cette phase. Là encore, ne vous arrêtez pas et n'écoutez pas les commentaires aigris ou jaloux. Plus vous serez capable "de vous copier vous-même" et plus vous maitriserez ce que vous faites. Si on vous dissuade de le faire ou si on vous critique parce que vous le faites, alors redoublez d'efforts et refaites le, encore et encore : vous êtes sur la bonne voie !

 

Un professionnel doit être capable de reproduire à la perfection, quelque chose qu'il a déjà fait auparavant, avec la même qualité et la même maitrise que les fois précédentes.

 

Un client vous dira : "j'aimerais bien une photo dans ce style" (en vous montrant une de vos photos sur votre site) : vous devrez être capable de "vous copier" sans faillir. Imaginez sa déception s'il s'aperçoit que votre premier essai était en fait "un coup de chance"...

 

Ne négligez pas l'importance de cette phase

 

La Phase "suivre son instinct" : La phase qui va permettre de créer son propre style

Ne négligez pas de suivre votre instinct. La créativité peut être générée par un ensemble de choses diverses telles qu'une idée, une pensée, un impulsion d'énergie spirituelle, une influence culturelle, un évènement marquant, une source en rapport direct avec la photographie... ou non.

 

Pour vous exprimer, vous allez utiliser votre technique, mêlée aux émotions, reçues et transmises. Vous allez utiliser également votre background culturel et votre parcours de vie.

 

C'est pour cette raison qu'un style est spécifique à chaque personne : nous avons tous un parcours qui nous est spécifique. C'est aussi ce qui crée nos différences.

 

Vous ne faites pas une photographie simplement avec un appareil photo. Vous apportez à l'acte de photographie toutes les images que vous avez vues, les livres que vous avez lus, la musique que vous avez écoutée, les gens que vous avez aimé.

— Ansel Adams

 

C'est également lors de cette phase que se produit une chose très importante : la genèse de votre propre style. Au fur et à mesure que vous progresserez (tout au long de votre vie), vous introduirez dans votre savoir faire ces "petits trucs" qui vous sont spécifiques, tant dans la manière de faire techniquement, que dans les "ingrédients" artistiques.

 

Cette phase concerne autant les aspects purement techniques (votre savoir-faire, votre manière de faire) que l'aspect artistique et émotionnel (votre manière d'être et de vous exprimer au travers de votre art). Attention, l'un ne va pas sans l'autre. Ces deux ingrédients sont concourants (ils s'allient pour parvenir au résultat) et non concurrents (ils ne sont pas opposés).

 

Si on vous dissuade de continuer à suivre votre instinct, c'est que vous êtes sur la bonne voie. La nature humaine se trouve constamment dans un dilemme : son désir de singularité (je veux être unique) et la peur inconsciente d'être différent (si ce gars crée quelque chose qui lui est propre, je vais être "en danger"). Il est donc normal d'etre la cible d'attaques dès que votre style s'affirme et que votre singularité apparait. Votre style et votre désir de vous affirmer "dérange". Ego (l'autre) tente de combattre Ego (vous)

 

Dans la mode, on sait qu'on a réussi quand on dérange un peu les gens

— Coco Chanel

 

Attention : ne prenez pas un travail bâclé et un total manque de technique et de culture pour "de la singularité". Cette phase d'affirmation du style vient bien après les autres et non au début du processus d'apprentissage (même si bien évidemment on peut en ressentir les prémisses tout au long du processus)

 

Les plus grandes œuvres ont été construites sur une solide base technique et culturelle.

 

Observez la vie des artistes et des destins artistiques hors du commun. Ils ne réussissent jamais par hasard.

 

La phase "Se tourner vers de nouvelles données"

Lorsque vous aurez atteint "la phase instinctive" sur une portion de données, pour pourrez recommencer tout le processus d'apprentissage sur une toute nouvelle donnée que vous n'avez pas encore abordée ou que vous désirez approfondir. Recommencez donc à la phase "Localisation des données" pour cette nouvelle portion de données.

 

La Phase "simplifier"

Au fur et à mesure que vous allez utiliser un élément technique ou artistique, vous remarquerez que vous allez finir par le synthétiser, le simplifier. En faire une version "courte" ou "simplifiée" qui, tout en lui gardant son efficacité, vous rendra la chose plus simple à réaliser. Les pros "font simple". Ils maitrisent les choses et ils les font plus rapidement, plus simplement et plus efficacement. Attention, "simplifier" ne signifie pas "bâcler".

 

La phase de simplification est une des plus dures a réaliser. Si on vous reproche "de faire trop simple", vous êtes probablement entré dans cette phase.

 

En fin de compte, dans tout art, le but, c'est la simplicité. Et arriver à cette simplicité est une des choses les plus difficiles à réaliser. Mais c'est certainement une des choses les plus essentielles.

-- Pete Turner

 

Comment s'articulent les phases ?

Les phases se déroulent les unes après les autres. Pour un sujet donné on se trouve en principe dans une seule phase ou dans une période de chevauchement de deux phases.

mais lorsqu'on aborde plusieurs choses en même temps, on peut se trouver simultanément dans plusieurs phases. A chaque corps de données sa propre phase. Apprenez à identifier dans quelle phase vous vous trouvez.


Ne pas rester "coincé" dans une phase.

Chaque phase doit "faire son chemin". Cependant, vous ne devez pas demeurer éternellement dans une même phase. Pour en sortir, identifiez la phase dans laquelle vous êtes et entreprenez la phase suivante.

 

La jalousie.

Durant une ou plusieurs phases, vous serez normalement victime de la jalousie de certains esprits chagrins. La réussite, aussi petite soit-elle, et même une simple progression, semble engendrer chez certains de nos congénères, des réactions épidermiques dues à "la différence", à l'envie et à la frustration. Prenez ces manifestations comme un atout : si on vous jalouse, c'est qu'il y à matière à jalousie. Vous êtes en train de progresser, continuez.

Commentaires (1)
  • Laurent Nizette
    7 avril 2017

    Je trouve que ce que tu as écris est très bien. Les mots sont justes et permettent une compréhension sans malentendu. Je me réjoui de passer te voir pour un WS quand tu auras des dispos en semaine.

    Répondre
Images protegées