Le High Key, qu’est-ce que c’est ?

3 fevrier 2010

Un HighKey est une photo dont la tonalité prédominante se situe dans les valeurs claires.

-- Merriam Webster Dictonnary

ocw_hklk_artworked_A1245299_22_composite.jpg
ocw_hklk_A1241933_22.jpg
ocw_NW_A1242468_22_composite.jpg
ocw_sw_A1235932
ocw_juliel_sw_A1244340_22
ocw_20140126_sw_A1250288

Il semblerait quel le High-Key soit quelque chose de très « mystérieux » et il existe beaucoup d’idées étranges à ce sujet. J’espère donc que ce petit tuto aidera à simplifier et à remettre les choses à leur place.

Définitions :

 

« Key »

Dans le dictionnaire Webster :

« Key : the predominant tone of a photograph with respect to its lightness or darkness »

The Webster Dictionnary

 

Key : la tonalité prédominante d'une photographie en ce qui concerne sa luminosité [HighKey] ou son obscurité [LowKey] 

Un HighKey est donc une photo dont la tonalité prédominante se situe dans les valeurs claires.

Il n’y a pas d’autre définition que celle du Webster, à ma connaissance

 

« Surexposition »

La définition de « surexposition » que nous utilisons ici est : « qui a reçu trop de lumière »

Surexposition : Se produit si le film (ou le capteur) reçoit trop de lumière, soit parce qu'il est exposé a une lumière trop forte, soit parcequ'on a laissé agir la lumière trop longtemps. Cela donne des photos numériques, des tirages ou des diapositives clairs et réduit le contraste du sujet

John Edgecoe - "La photographie"

 

« Cramé »

Tellement surexposée que la matière n'existe plus

 

Il me semble également utile de préciser ce que le High-Key n’est pas.

  • le High-Key n’est pas une technique
  • le High-Key n’est pas un style
  • le High-Key n’est pas un effet
  • le High-Key n’est pas une "retouche"
  • le High-Key n’est pas un éclairage même si on peut réaliser un éclairage en vue de produire un High-Key
  • le High-Key n’est pas un traitement
  • le High-Key n’est pas une image cramée
  • le High-Key est simplement une photographie dont la tonalité générale se trouve dans les valeurs claires. High-Key concerne donc la photo elle même et non ce que l’on a mis en oeuvre pour l’obtenir.

Prise de vues ou retouche ?

 

Le high-key existait bien avant le numérique, et bien avant que la publicité se l’approprie. De ce fait il est inutile de "devoir consulter l'histogramme" d'une image. Il existe des HighKey réalisés en argentique.

Pour obtenir une image HighKey, on doit photographier une scène qui présente elle-même une tonalité dominante claire, puis faire un développement (négatif & tirage) qui va lui aussi favoriser les valeurs claires

 

En numérique, on va exposer sans cramer. Puis on va développer (notamment avec Lightroom qui sait préserver les hautes lumières) l’image en l’éclaircissant encore davantage si on le désire, mais sans la cramer.

 

Le modelé

 

L’idéal est de conserver du modelé, des ombres, du volume. Il y a différentes nuances de High-Key, mais le modelé devrait toujours être "prioritaire", même dans le cas de High-Keys très clairs, blancs et éthérés. Bien entendu, il s’agit toujours d’un compromis. Le bon réglage pour un HighKey, c’est le meilleur modelé possible, pour l’éclaircissement que vous avez choisi.


Une image manquant de modelé, ne restituant pas les volumes et les détails, revient à une photo simplement surexposée.
 

Un High-Key ne se fait pas dans Photoshop

 

Lorsque vous avez terminé votre développement (notamment dans Lightroom), votre image doit représenter  un  High-Key  terminé, dans le développeur RAW.

 

Si vous décidez ensuite de retoucher votre image dans Photoshop, vous retoucherez une image qui est déjà High-Key. Toutes les « bidouilles » Photoshop pour « faire un high-key » ne sont là que pour tenter de rattraper un développement raté. Bien entendu, un High-Key ne se fait en aucun cas avec un script Photoshop ;)

 

Conclusion

 

En bref, un HighKey se fait à la prise de vues ET au développement en labo numérique ou argentique. On peut donc constater que Photoshop n’entre pas en jeu là dedans.

 

J’espère que ceci vous aidera.

Images protegées